28.12.08

Bonjour à tous, et MERCI à ceux qui achétent les calendriers de l'Association et à ceux qui en vendent, comme les scouts de Montpellier.
Ceux-ci nous racontent leur belle histoire avec l'Afrique dans leur montage vidéo ci-dessous :
http://www.megavideo.com/?v=SPWF6NJ8
Nous sommes fiers de leur parcours au Togo.
Les scouts sont passés un jour par hasard sur notre blog, se sont renseignés, puis ont commençé à préparer leur projet de voyage et se sont finalement rendus chez LEA cet été 2008.
Pour en savoir plus, il faut donc cliquer sur le lien ci-dessus.

22.12.08




UN MOT DE CATHY et d'ALAIN après leur récent séjour chez LEA


Il m’aura fallu un petit débriefing avant d’écrire ces quelques mots sur notre séjour au Togo.
Cela fait 2 ans que nous étions allés là bas pour la 1ère fois et cela fait 2 ans que nous attendions impatiemment les retrouvailles avec les enfants.
Les retrouver certes mais aussi faire connaissance avec ceux que nous ne connaissions pas encore. Catherine et François (les 2 derniers arrivés) qui nous étaient apparus si tristes sur les photos de Léa et qui nous accueillirent avec d’immenses sourires et un traditionnel « soyez les bienvenus ».
Les « anciens » ont grandi, quelque fois en sagesse, en maturité mais aussi en malice. Bref, ils sont comme tous les enfants de la terre.
Les grands, Bernadette, Bénédicte, Marcelline, Marie-Reine et Robert sont très appliqués dans leurs tâches domestiques. Dès qu’ils rentrent du collège ou du lycée, ils ne s’ennuient pas et le soir ils peinent parfois pour fournir le travail scolaire.
Ils sont secondés à la cuisine par les plus jeunes mais certains se font un peu prier…
Pendant notre séjour, il y eut la récolte du maïs : Alain dans les champs avec Maman Léa, les plus grands et des personnes embauchées pour la circonstance.
Quant à moi (après une très brève expérience champêtre) je suis restée à la maison avec les petits et la Vieille pour l’égrenage. L’éventuelle rencontre avec un reptile dans les champs ne me séduisait pas plus que cela.
Egrenage qui s’est poursuivi durant tout notre séjour (bof). Des quintaux de graines séchaient sur le toit de la maison jusqu’après notre départ. La récolte a satisfait pleinement Léa. Il faut dire que les bouches sont petites mais les estomacs énormes… ils ont toujours faim !!!
Le maïs constitue l’essentiel de la nourriture. Lé récolte étant importante, le surplus sera vendu au moment de la pénurie (mai/juin/juillet) et le bénéfice de la vente permettra d’acheter d’autres denrées tout au long de l’année. Une gestion rigoureuse réglée de main de maitre.
Notre séjour nous a paru un peu long car Alain avait prévu de poser du carrelage dans les sanitaires de la construction. Malheureusement le manque de ciment a retardé considérablement les travaux et le gros œuvre n’était pas terminé à notre arrivée. Donc pas de carrelage = déception.
De mon côté, j’ai pu visiter quelques écoles primaires (catholique, publique et privée laïque). Il était très intéressant de voir le fonctionnement, la discipline, le programme scolaire, le comportement des enfants mais aussi des enseignants.
J’aurais aimé participer aux cours dans l’école des enfants. Mais le directeur n’y tenait pas plus que cela. Sans doute attendait-il quelques petits cadeaux supplémentaires (pas vraiment mon genre).
Les journées se passaient donc avec les enfants lorsqu’ils n’étaient pas à l’école, avec la Vieille et Claire, une jeune femme souffrante recueillie par la Vieille (Claire est originaire du village de la famille Magnan).
Léa qui s’était absentée 6 semaines auparavant était légitimement fort occupée par son travail au centre de soins.
Le soir, l’aide aux devoirs avec les enfants m’occupait un certain temps. C’est difficile de faire travailler 11 enfants de 5 cours différents. Ils n’ont pas tous été très coopérants et les pannes de courant quotidiennes n’arrangeaient rien.
Je n’ai jamais eu beaucoup de patience mais je me suis rendue compte que je n’avais vraiment plus l’âge de participer à l’éducation des enfants. J’espère qu’ils ne m’en voudront pas d’avoir quelques fois usé d’autorité avec eux.
Heureusement Sondou venait souvent nous rendre visite. Nous avons beaucoup apprécié les différentes discussions, les points de vue échangés. C’est un jeune homme adorable, courageux, gentil, courtois et cultivé. Nous lui souhaitons une brillante réussite dans ses études. Il le mérite vraiment.
Pour revenir à la construction, c’est vrai qu’il y eut beaucoup de retard mais durant notre présence, le ciment est arrivé et les travaux ont repris : dalle, enduit sur les murs intérieurs, pose des cadres de fenêtres et portes et commencement de la fosse septique.
Tout laisse présager d’une bonne suite et je sais pour avoir eu plusieurs fois Léa au téléphone depuis, que les travaux se poursuivent bien.
Après, il faudra aménager ces locaux et installer les enfants. Je pense que cela devrait arriver à la fin du premier trimestre 2009. A ce moment là, il y aura plus de place pour les enfants. Sans doute le petit Olivier (petit frère d’Alain) viendra-t-il rejoindre tout ce petit monde. Ce serait bien pour lui, cela le familiariserait avec la langue française avant l’entrée au CP.
Une heure avant notre départ nous avons fait connaissance avec Germaine, le petit bébé de Clarisse née au mois de juin. c’ est une petite fille magnifique mais j’aurais aimé la rencontrer beaucoup plus tôt. Tant pis.
Christ et Marie-Josée sont maintenant à Lomé chez leur maman Ida. Ils viennent à kara pendant les grandes vacances.
Résonnent encore dans nos oreilles mais surtout dans nos cœurs, les joyeux souvenirs de nos soirées musicales que nous ont offertes les enfants.
Les garçons sont des pros du djembé et les filles ne se font pas prier pour danser.
Depuis, chaque jour qui passe, nous ressentons le manque de Léa et des enfants mais chaque jour qui passe nous rapproche aussi de nos prochaines retrouvailles en 2009…
Cathy et Alain
21 décembre 2008

4.12.08


2009 approche...

Peut-être avez-vous déjà un calendrier ?

Pas grave, l'acquisition de celui de l'Association LEA TOGO permettra à LEA de continuer ses bonnes oeuvres et de terminer le grand bâtiment en construction.

Cette année, 380 calendriers ont été commandés.

4 thèmes différents : le Togo bien sûr, les Gras en image, Grand-Combe-Châteleu en image, et des photos de voyage sur le 4ème calendrier.

Nous avons besoin de vous pour acheter ce calendrier mais aussi pour le vendre.

Merci d'avance.

Ils vous attendent : 9 Les Saules - Les Gras 03 81 68 47 78


Kara, TOGO, le 12 novembre 08

A TOUS NOS AMIS DES GRAS ET DU HAUT BOUBS

Je viens tout simplement avec ma modeste voix mêlée à celle des enfants vous dire un grand merci pour toutes vos largesses, et toutes vos privations, ainsi que tous vos dons .
Que chacun soit remercié pour tout ce que vous avez fait pour moi lors de mon passage parmi vous aux Saules.
Les mots me manquent pour vous témoigner ma gratitude et ma reconnaissance.

TOI, ENFANT D’AFRIQUE
TOI, ENFANT DU TOGO
TOI, ENFANT DE KARA
TOI, ENFANT DE LEA

DIT MERCI

Merci aux parrains et aux marraines, ainsi qu’à toutes les bonnes volontés.
Les amis du haut Doubs qui pensent à toi et qui t’aime.
Dit leur merci du fond du cœur.

Grâce à eux :

- tu pourras manger à ta faim
- tu pourras aller à l’école, comme tous les enfants de ton âge
- tu pourras avoir une maison et un toit pour te loger.

Toi enfant de Léa, tu pourras crier partout : « gloire à la providence de DIEU d’avoir mis sur nos chemins, des personnes, des amis, qui sont pour nous une lueur d’espoir pour demain ».


TOI PARRAINS ET MARRAINES
TOI AMIS DU HAUT-DOUBS, MERCI
, ce mot vient du fond de notre cœur. Merci pour chacun en particulier.
Ainsi pour dire à chacun que vous êtes présent dans nos cœurs et dans nos vies.

A TOUS ET A CHACUN, MERCI ET A BIENTOT

Soeur LEA MAGNAN

11.11.08

LEA DANS LES VIGNES, ALAIN ET CATHY RUELLE DANS LE MAIS.


Le mois dernier,l orsque Léa était en France, elle avait fait la vendange. Elle avait donc appris à récolter les raisins. Ce fut un autre acquis de son voyage. Pour leur part, depuis qu'ils sont au Togo, Alain et Cathy ne restent pas les bras croisés. Ils sont de grands travailleurs surtout dans le domaine champètre. C'est le moment de récolter le mais chez Léa et ils y prennent activement part. En France tout se fait à la machine. Au Togo, c'est à la main. Pour respecter les conseils de son docteur, Cathy ne dure pas au champ. Elle est à la maison pour l'égrenage du mais. Alain est au champ pour la récolte et le ramassage. Il fait 3 ou 4 voyages par jour avec le pick-up de Léa.

Il est bon de voyager pour découvrir. Le Togo a ses differences.

Sondou

3.11.08

FRANCE-TOGO, ECHANGE CULTUREL PARFAIT

Le mois dernier, Soeur Léa était en France. Elle y était pour une nouvelle fois. C'était l'occasion d'apprendre beaucoup de choses des Français. Elle leur avait apporté aussi la culture togolaise. Le parfait se confirme dans son retour au pays. Elle est revenue accompagnée d'un couple de Français, c'est Papa Alain et Maman Cathy RUELLE. Ceux-ci, c'est pour faire aussi comme Léa en France. Ils apprennent aux enfants certaines choses qui se font en France. C'est un couple très dynamique et sympathique. Ils participent énormement aux différentes activités chez Léa. Ils sont très adorés par les enfants. Avec les différentes visites de Français chez la Soeur Léa, les enfants sont devenus de "petits Français"au Togo, car ils sont suiffisamment impreignés de la culture française. Par la grace de Dieu ils apporteront un jour la leur aux enfants de la France.

Sondou du Togo

3.10.08


Soeur LEA Magnan est là, en France, chez nous.

Pour arriver jusqu'en Champagne (à Magnant mais aussi à Buxeuil) puis jusqu'aux Gras, ce fût un vrai marathon pour LEA mais ça y est, on a la chance de l'avoir parmi nous.

Si vous aussi vous souhaitez la rencontrer vous pouvez passer aux 21 Les Saules - Les Gras ou venir au repas que l'association LEA TOGO organisera le 17 octobre vers19h30 à la salle paroissiale des Gras avant son départ.

A bon entendeur - Salut

13.9.08

Tout comme Elise, les scouts sont rentrés du Togo tres contents d'avoir découvert un autre monde. Elise avait par exemple dit :"J'ai vu dans ces montagnes des maisons inimaginables".
Les scouts eux , apres les jeux avec les enfants chez Léa, ont participé à un camp avec les scouts de Kara. A la fin de leur séjour, les scouts ont organisé une semaine de découverte à travers le Togo et ont vu des choses aussi inimaginables. Ils ont vu entre autres Atakpamé avec son beau paysage, son marché aux fruits et le site des Allemands. A Kpalimé, ils vont découvrir la belle ville tres touristique, le mont Kloto et monsieur Prosper qui s'y trouve, (Prosper fait la collecte de papillons et la peinture végétale), la magnifique cascade de Womé et le centre artisanal. Apres 4 jours à Kpalimé , ils vont découvrir la dernière ville qui est Lomé. Là ils ont visité la plage , le lac Togo, le village et le centre artisanal ,le grand marché de Lomé et les autres coins de la ville. Ils étaient accompagnés au cours de cette semaine de découverte par leur ami et guide Sondou.
Les scouts gardent le souvenir des motos-taxis, les prix des articles très souvent négociés, la sympathie des Togolais.
Léa et toute sa famille regardent tout le temps le mur "LEA ET SES ENFANTS " que les scouts ont fait au sein de la maison.
C'était superbe l'échange culturel entre Elise et les enfants et entre les enfants et les scouts.

Sondou du Togo

12.8.08

Génial pour nos amis togolais : la médaille de leur Kayakiste Benjamin Boukpeti aux JO de Pékin.
Je suis sûr que vous avez du vibrer là-bas au Togo en écoutant la radio ou en regardant la TV à l'annonce de cette joyeuse nouvelle.
BRAVO !
Pour en savoir plus :

Par Sophie Greuil, dans http://tempsreel.nouvelobs.com/
PEKIN (Reuters) - Demi-finaliste à Athènes en 2004, le Franco-Togolais Benjamin Boukpeti a brillamment rempli son rôle d'outsider mardi en remportant la médaille de bronze du slalom K-1 des Jeux olympiques de Pékin, derrière le Français Fabien Lefèvre.
A la tête d'une délégation de trois athlètes, le kayakiste africain, porte-drapeau lors de la cérémonie d'ouverture, a offert au Togo la première médaille olympique de son histoire.
Deuxième lors de la Coupe du monde à Bratislava début juillet, le kayakiste de 26 ans avait toutes les raisons de croire à un podium "sur cet intraitable bassin pékinois".
C'est d'ailleurs à Bratislava, en compagnie de son entraîneur français Jean-Jérôme Perrin, qui accompagne les Sud-Africains, qu'il a préparé son podium de Pékin.
"Habituellement, je m'entraîne beaucoup avec les Français. Mais là, j'ai préféré couper afin d'essayer de préparer quelque chose sans avoir peur de commettre un crime de lèse-majesté", a-t-il déclaré à Reuters.
Né à Lagny-sur-Marne, en Seine-et-Marne, Benjamin Boukpeti est le fils de Ferdinand, un Togolais de la tribu des Kabiyé aujourd'hui installé à Saint-Gratien, dans l'Essonne, et d'Aline, une Française installée à La Réunion et présente mardi dans les tribunes.
"Mes parents ont toujours cru en moi. Et même si le kayak est un sport cher, même si j'ai mis du temps pour finir mes études, ils ne m'ont jamais freiné dans mon élan. Je leur dois beaucoup."
"SANS LES FRANÇAIS, JE N'Y SERAIS JAMAIS ARRIVÉ"
Comme son frère Olivier, Benjamin dispose de la double nationalité. Son aîné, 30 ans, fait partie de l'équipe de France de canoë en ligne même s'il n'a pas poinçonné son billet pour Pékin.
Professeur de sport, Olivier est conseiller technique national au sein de la fédération française. Il avait terminé dixième en K-2 500 mètres lors des championnats du monde en 2007.
Benjamin, lui, vit à Toulouse, où il vient de terminer des études de management.
A l'âge de 10 ans, il plonge dans un kayak, pagaie dans les trois disciplines, le slalom, la ligne et la descente non-olympique.
Cinq ans après, il opte pour le slalom, "un jeu qui demande de l'habileté. A côté, le canoë en ligne était rébarbatif, peu ludique".
Barré par la densité de kayakistes en France, il choisit alors de naviguer pour le Togo même s'il reste proche des Bleus. D'ailleurs, lors des récentes sélections olympiques qui ont désigné le sélectionné tricolore, Boukpeti avait terminé cinquième.
"Pouvoir m'entraîner à leurs côtés m'a fait énormément progresser. Seul, je n'y serais jamais arrivé", reconnait-il.
A quelques semaines de sa seconde participation olympique, Boukpeti a même été conseillé par le champion olympique en titre Benoît Peschier, son partenaire d'entraînement.
"Il m'a filé quelques tuyaux intéressants: ne pas me laisser emballer par l'ambiance, ne pas trop regarder les podiums des autres à la télévision."
Fin janvier, au nord-est de Nairobi au Kenya, il a remporté les premiers championnats d'Afrique de l'histoire et décroché, au passage, son ticket olympique.
Outre la médaille de bronze, Boukpeti a certainement gagné un voyage mardi vers Lomé, où il devrait être accueilli en héros.
Son premier et dernier aller-retour au Togo remonte à 24 ans. Il avait deux ans.
"Mais maintenant, j'ai une très bonne raison d'y aller", dit-il.
Edité par Clément Dossin

30.7.08

Dépuis le 20 juillet dernier ,la famille de Léa s'est agrandie avec l'arrivée de 7 scouts de Montpellier.Arrivés le 17 au Togo, ils ont passé 3 jours d'acclimatation à Lomé avant d'arriver à kara chez Léa par bus.Aussitôt arrivés et apres le repas que Léa leur avait reservé,les scouts tres actifs ,amoureux des enfants,tres amuisants et tres sympas,ont commencé à organiser de petits jeux accompagnés de chanson avec les enfants.Nous pouvons citer entre autres jeux :poule-renard-vipere,le béré,foot,la gamelle,les pirates,poissons-pêcheurs,chef d'orchestre,on dormeur...Il faut dire que ce sont des jeunes tres dynamiques qui ne se fatiguent pas.Outre les jeux avec les enfants ,ils aident les maçons et les menuisiers sur le chantier de construction.Ils ont programmé pour la suite de leur séjour des jeux,des aides sur le chantier,un camp avec les scouts de kara,et une serie de decouverte de quelques villes du Togo.
Il faut noter qu'une semaine avant l'arrivée des scouts,c'était une autre jeune française ,une étudiante sage-femme de 20 ans nommée Elise qui avait quitté Léa et les enfants apres trois semaines de séjour au Togo.Arrivée le 21 juin ,elle était repartie le 10 du mois suivant.Durant tout son sejour ,elle a révisé avec les enfants et effectué des sorties de découverte avec Léa et Sondou.Elle a visité des centres de santé ,le site koutammakou qui est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO,le grand marché de kara, le campus universitaire de kara.Elise était tres sympathique ,toujours souriante, et posait parfois quelques questions
sur le comment et le pourquoi de certaines choses.Elle avait quitté les enfants malgré elle car le programme oblige.
Il est difficile de faire une comparaison entre les Européens(Français) qui arrivent tout le temps chez Léa car ils sont tous sympas et tres supers.

A vous amis du monde

Sondou du Togo

7.7.08

Merci pour la mobilisation lors du vide-grenier des Gras le 22 juin dernier.
Un grand succès pour l'équipe de l'association LEA TOGO avec notamment les bricelets suisses de Dan & Gab.
Voici le contenu d'un SMS reçu d'Elise, 20 ans de Besançon, après son arrivée au Togo et chez LEA :

"Ce monde que tout le monde se figure imaginer est en fait inimaginable : il faut le voir de ses propres yeux pour savoir !
Je suis comblée avec tout ce beau petit monde".


7.6.08


SONDOU, depuis le Togo, nous parle des KABYE (son ethnie) ET DE LEUR CULTURE


Les kabyè constituent l'un des plus grands groupes ethniques du Togo. Leur noyau est la préfecture de la kozah et celle de la binah.Mais ils sont du moins rencontés un peu partout au Togo et même au Benin. Ils parlent un dialecte du même nom (kabyè) qui est une langue négéro-congolaise du groupe gur. Elle est la deuxième langue nationale apres l'éwé.

Selon certaines légendes ,l'ancetre des kabyè est "déscendu" du ciel. Mais nous pouvons dire que cette légende ne serait qu'une pure construction de l'esprit qui permettait aux kabyè d'expliquer leur autochtonie dans la région. Les kabyè ont une culture riche en danses notamment évala et akpéma.

EVALA

Les evala sont un ensemble de rites initiatiques du jeune garçon dont l'âge est compris entre 18 et 25 ans. Les evala sont la première partie des cérémonies qui amenent le jeune garçon vers la classe des "grands" . Celui qui est fait evalou doit danser, manger la viande du chien (ce qui est facultatif) et lutter. La lutte permet de préparer le jeune à la defense de sa société. Avec la lutte, il devient endurant et capable d'affronter les adversaires. Evala permettait aussi de montrer au jeune garçon qu'il était grand et qu'il pouvait sièger avec les sages. Apartir du moment où on est fait evalou ,on pouvait chercher une fiancée et penser au mariage.
Voilà brièvement le sens que l'on donne aux evala.Les jeunes filles ont elles aussi leur part. Ce sont les akpema.


AKPEMA


Les akpema sont un ensemble de rites qui entourent la jeune fille qui a entre 18 et 20 ans. En effet, la jeune fille est faite akpenou non pas pour défendre sa société comme chez le garçon , mais pour savoir dans un premier tempsqu'elle était devenuegrande et donc pouvait être comptée parmi les sages qui prennent les décisions. Nous devons savoir que la femme n'avait pas droit à la parole dans une quelconque prise de décisions et d'ailleurs elle ne siègeait pas avec les hommes. Donc cela permettait tout simplement à la femme de connaître ses promotionnels parmi les garçons. Dans un deuxième temps akpema avait un sens sacré.Le jour de akpema, la fille sort toute nue et marche au milieu d'une foule jusqu'aux lieuxsacrés resevés pour les cérémonies. Les traditionalistes disent que les poils qui entourent le sexe avaient une valeur. L'honneur ou le deshonneur de la fille dépend du fait que les poils soient nombreux ou non. Ensuite la nudité devait montrer si la fille était vièrge ou non.
Akpema est en train de prendre une nouvelle forme. L'église catholique organise akpema. Et là les filles ne sortent pas nues et ne font pas les autres cérémonies preliminaires qui consistent à l'immolage des bêtes et volailles.


Somme toute, le pays kabyè a ses particularités qui font de lui un pays visité à tout moment. C'est un pays qui a une culture riche avec des éléments variés. Les evala et akpema sont les plus importants de ces éléments. Evala et akpema ont lieu dans le mois de juillet. Ce sont des moments de retrouvailles et des milliers de visiteurs arrivent aussi dans la région.


Sondou du Togo

25.5.08

Du nouveau sur le thème des échanges, ce ne sont plus seulement les scouts mais aussi Elise, étudiante sage-femme qui se rendra cet été chez LEA et les enfants.

Du 21 juin au 10 juillet, Elise qui est la soeur de Cléménce partie à Kara l'été dernier, pourra s'immerger dans la vie Togolaise.

Les enfants, Sondou, LEA, vont avoir une visite bien sympathique et Elise se réjouit déjà.

Bon voyage Elise !

23.4.08

A propos de la crise alimentaire

Commençons par des nouvelles en direct de Kara :

LEA : "Pour la vie chère au Togo, on ne sait que dire tant les produits de 1ère nécessité ont grimpé énormément, ex: le maïs qui était à 200 est devenu 650, et ainsi de suite, les gens voulaient descendre dans la rue , mais ils ont été empêchés, la vie est vraiment chère."

SONDOU : " Je voudrais simplement vous dire que les cours sont perturbés sur le campus suite aux manifestations des étudiants réclamant des meilleures conditions de vie. Et comme conséquence , un décret ministériel a fermé le campus jusqu'à nouvel ordre. Des amis étudiants ont été arrêtés et emprisonnés."

Et terminons par cette citation bien appropriée de Darwin : "Grande est notre faute, si la misère de nos pauvres découle non pas des lois naturelles mais de nos institutions."

11.4.08



Une excellente nouvelle nous arrive de Montpellier.
En effet, 6 jeunes Scouts de 18 ans (3 filles et 3 garçons) de cette ville se rendront cet été chez LEA pour soutenir les enfants et les encadrer du 16 juillet au 19 aout.
Ils sont passés par le blog, étaient motivés, avaient des projets et ça y est : ils ont acheté leur billet d'avion !
Les enfants vont apprécier. Bravo à ces jeunes !
Pour les aider un peu, voici sur la photo (cliquez pour l'agrandir) quelques prénoms à retenir...
Posted by Picasa

24.3.08


Bonjour,
Pascale et Patrice de Bretagne, amoureux du Togo et en charge de l'association "Echange et Solidarité France Togo" (site à voir dans la page lien) ont rendu visite à Soeur LEA il y a quelques mois.
Dans le but de créer de toute pièce un orphelinat à Badja au Togo, Pascale et Patrice,sont en repérage pour mieux réussir leur projet.
Voici le récit de leur passage chez Soeur LEA :

"Ambiance totalement différente*. Le cadre est celui d’une habitation Togolaise avec une cour intérieure sur laquelle débouchent le réfectoire, la réserve, les chambres, les sanitaires.
La cuisine « africaine » est extérieure avec ses deux foyers à charbon de bois et le mortier.
A notre arrivée, chacun des 12 enfants vient se présenter à nous : « je m’appelle Chérita, j’ai 6 ans… », puis repart à ses occupations. Une grand-mère assise dans un coin un bébé sur les genoux, un chien, quelques poules complètent le tableau.
Sur les marches d’un escalier, des enfants font leurs devoirs, aidés par de plus grands ; à la cuisine, deux jeunes filles et un garçon préparent le repas.

Sœur Léa, radieuse, nous fait les honneurs de son établissement : ici le réservoir à eau de pluie filtrée, qui fournit les besoins pour toute l’année, plus loin, la réserve de maïs et d’ignames, fruit du labeur collectif de la petite communauté (plantation, entretien, récolte) permettant l’autosuffisance en glucides. La pièce des congélateurs : Léa achète viande, poissons et autres en grandes quantités, à la bonne saison pour profiter de prix attractifs. Bref, la gestion est rigoureuse.
Il se dégage de cet endroit, une ambiance de sérénité et d’équilibre. L’harmonie est totale, elle est celle d’une grande famille.

L’avenir des enfants ? Ecole puis apprentissage ou études supérieures si aptitude, assortis de principes de gestion et d’un bon sens de l’effort (tâches ménagères, travail aux champs) préparent ces orphelins à l’autonomie et à une entrée réussie dans la vie active."

* Il faut noter que Pascale et Patrice venaient de visiter un orphelinat qui ne les avait pas ravis

16.2.08


Allez vite lire la nouvelle écrite par Sondou en cliquant sur le lien à droite ou en recopiant l'adresse ci-dessous :
http://sondou.blogspot.com/

Terminé !
Il n'y a plus de calendriers 2008 à vendre.
Il faut dire que nos "vendeurs" ont fait le forcing et il faut leur dire UN GRAND MERCI comme dit Sondou au Togo.
MERCI bien sûr également aux généreux acheteurs qui se sont vraiment mobilisés car le résultat est convaincant avec 325 calendriers vendus. On atteind tous ensemble les 500 en 2009 ?
Chiche !?
Bravo à tous.

Une des raisons de votre mobilisation actuelle est la construction du nouveau lieu de vie pour les enfants.
Lors de notre dernier voyage en octobre 2007, nous avons pu constater que les travaux avançaient bien et dorénavant la dalle est même coulée.
A l'occasion de cet événement, Léa a mobilisé toutes ses troupes (petits et grands) c'est à dire plus de 30 personnes qui se sont relayées toute une journée au mois de janvier pour achever ce dur labeur qui s'effectue bien sûr entièrement à la main.
Un porc a même été "sacrifié" pour nourrir tout le monde et l'alcool local a coulé à flot.
Voici le plan du futur bâtiment que Léa aimerait voir opérationnel pour la rentrée 2008.
Merci à vous de contribuer à la contribution de celui-ci (à noter que la maison est bel et bien droite, c'est ma photocopie qui ne l'est pas :-)
Les ouvriers quant à eux travaillent dur sous un soleil de plomb pour terminer à temps les travaux.
Léa, elle, gère au mieux ses équipes et son budget en achetant ses matières premières au meilleur coût, notamment le ciment dont le cours varie souvent.

7.1.08


Le baobab est l'une des essences végétales que l'on retrouve au Togo, plus précisément dans les parties dont la végétation est la savane.Il est un arbre à tronc énorme avec une hauteur de 20 à 25 mêtres et même parfois plus.
C'est un arbre qui a plusieurs vertues.Il entre d'abord dans l'alimentation. Ses feuilles servent à faire la sauce; la poudre qu'on trouve dans les pains sert à préparer la bouillie.Il a aussi une valeur religieuse. Les adeptes de la religion traditionnelle l'adorent beaucoup car il incarne leurs dieux.C'est un arbre dont les fibres renferment assez d'eau et qui de ce fait meurt difficilement.

Merci les amis du monde

Sondou du Togo